À propos de nous

Notre Fondateur

Tenzin Ösel Hita Torres, trente-six ans, est un libre penseur radical du XXIe siècle, un écologiste, un humanitaire, un réalisateur de documentaires, un musicien, un père, un ami, un étudiant de toute une vie et un ancien moine bouddhiste.

À l’âge de 14 mois seulement, Ösel a été officiellement reconnu par le Dalaï Lama comme la réincarnation de Lama Thubten Yeshe, le vénéré yogi, érudit et enseignant tibétain. Il est le sujet du livre acclamé de Vicki Mackenzie, L’enfant Lama – Histoire D’une Réincarnation

Ösel est né en 1985 dans le village de Bubión, au pied de la Sierra Nevada, au sud-est de Grenade, dans le sud de l’Espagne. Ses parents, Paco Hita et Maria Torres, avaient été les élèves du regretté Lama Thubten Yeshe

Ösel a été intronisé comme la réincarnation du Lama Yeshe en mars 1987. En 1991, à l’âge de six ans, il a commencé à vivre à Sera Je Monastic University dans le sud d’Inde. Il a vécu et étudié à Sera Je jusqu’à l’âge de 18 ans. Ösel a alors décidé de quitter le monastère pour explorer les modes de vie et de pensée modernes.

“L’expérience en Inde a été vraiment bonne. Je l’apprécie”, dit Ösel. “Il y a eu des moments où il était difficile d’accepter le destin. C’était dur d’être traité différemment. C’était dur de se sentir à part. Néanmoins, je suis incroyablement reconnaissant pour cette décision difficile que de nombreuses personnes ont prise pour moi. Grâce à cela, j’ai une grande opportunité, aujourd’hui, d’aider beaucoup de gens. Je serai toujours disponible au service des gens. C’est mon métier.”

Ösel a poursuivi diverses études formelleset il a obtenu son diplôme de fin d’études secondaires à St. Michaels University Schoolun internat privé en British Columbia, Canada. Après le Canada, Ösel est allé à l’université en Suisse pour étudier la philosophie occidentale, les droits de l’homme, la langue française et l’art.

Toujours en évolution, toujours à la recherche de nouvelles façons de se rapprocher des gens, , entre 2006 et 2008, Ösel a été l’apprenti du cinéaste Matteo Passigato, lauréat d’un Emmy Award, à Bologne, en Italie. Ösela renforcé son intérêt pour le cinéma en s’installant à Madrid. À Madrid il a étudié pour obtenir des diplômes en réalisateur de cinéma, directeur de la photographie et master en films documentaires à EIMA, École internationale des médias audiovisuels.

En 2012, avec Matteo comme co-réalisateur, Ösel a sorti son premier court métrage , Being Your True Nature.Ce film a été tourné pendant la réunion 2011 FPMT Universal Wisdom Education dans le sud de la France.

Being Your True Nature (Être sa vraie nature) iintroduit une nouvelle forme d’éducation dont le Lama Yeshe a été le pionnier, Universal Wisdom Education: aidant les gens modernes à accéder aux anciens outils psychologiques pour les aider à mener une vie plus heureuse et plus significative – “le langage qui parle de l’expérience humaine universelle dans sa plus simple et plus profonde”, dit Ösel.

Ösel a également suivi des cours de communication à Cabrillo College à Santa Cruz, Californie. “La communication est le fondement des relations humaines. La vie est une affaire de partage”, dit-il. “Si vous ne pouvez pas partager, alors à quoi bon ? Même les personnes les plus riches qui ont toutes les choses matérielles et qui ont tout ce qu’elles peuvent avoir pour la vie, ce qui leur importe le plus, c’est le temps, la santé et l’argent.”

Après la Californie, Ösel est allé à l’UH Maui College en Hawaii où il a étudié le comportement organisationnel et financier. Ösel est revenu plusieurs fois pour poursuivre ses études de philosophie bouddhiste à Sera Je Monastery avec son maître bien-aimé Geshe Genden Choephel. (Geshe Choephel est mort soudainement en 2016.)

Ösel met un point d’honneur à rechercher également des expériences éducatives et de création non traditionnelles. “Chaque expérience est une occasion d’apprendre et de se développer”, dit-il.

Ösel a assisté aux festivals Burning Man dans le désert du Nevada ; a appris à jouer du Djembé – la musique lui tient à cœur ; – a suivi divers cours de cuisine – “Il est essentiel d’avoir un corps sain pour pratiquer pleinement le Dharma” ; – et se fait un devoir de rester ouvert, toujours prêt à apprendre de toutes les opportunités et expériences de la vie.

Ösel a même été un sans abri à Venise et à Naples pendant un certain temps.

“J’ai vécu ce genre d’expérience. Je voulais savoir ce que c’était que de vivre dans la rue. J’ai beaucoup d’amis qui vivent dans la rue et qui ont ce genre de style de vie. Dans mon cas, ce n’était pas un choix. Eh bien, c’était une sorte de choix parce que je l’ai accepté. Je ne l’ai pas fui. Donc, j’ai juste vécu dans la rue pendant un certain temps. C’était intéressant de voir comment la société vous perçoit différemment. Même votre estime de soi diminue à cause de la façon dont la société vous regarde.”

Les visions environnementales, humanitaires et éducatives chères à Ösel sont nombreuses. , notamment son Global Tree Initiative (GTI), Maha Space-an Ecovillage Community, et One World Orphanages Project, qui fournira une famille, une éducation et un soutien aux enfants les plus démunis des pays en développement. Ces projets sont tous issus de l’organisation du cœur d’Ösel, Universal Clear Light.

Ösel continuera à faire des films documentaires et à partager son expérience unique de l’être avec les gens du monde entier.

En 2015, Ösel a dirigé un pèlerinage en Inde et au Népal. .Là-bas, il a cofondé, organisé et fait du bénévolat avec Revive Nepal, une initiative caritative visant à venir en aide aux Népalais qui ont souffert du tremblement de terre dévastateur d’avril cette année-là. Un projet clé était la construction d’une école antisismique écologique.

Ösel partage ses réflexions et ses idées avec les personnes qu’il rencontre dans le monde entier – Dans les cafés, les centres du Dharma, sur la plage, dans les montagnes. Cette planète est sa maison, un endroit où nous pouvons tous nous entraider, à chaque minute de chaque jour. (One-Big-Love.com)

Ösel parle couramment le tibétain, l’anglais et l’espagnol. Il parle couramment le français et l’italien. Il apprend le portugais car son fils est en partie brésilien.

Il a vécu en Inde, au Népal, au Canada, en Suisse, au Brésil ainsi qu’à Santa Cruz, en Californie, et à Hawaï aux États-Unis.