A whisper from the woods

Blog de la communauté : Une expédition dans le cercle polaire arctique, partie 2

Jun 3, 2023

Voici le deuxième et dernier article sur l’expédition de Stephanie Brennan dans le cercle polaire.

Si vous avez manqué le premier article, vous pouvez le lire ici. N’oubliez pas d’utiliser la section des commentaires ci-dessous, si vous avez des commentaires ou des questions à poser à Stephanie !

 

Les effets sur la population d’ours polaires

Plus tard dans l’après-midi, depuis le bateau, nous avons repéré un objet sombre sur la glace. Il s’agissait d’un ours polaire mâle qui attendait patiemment près d’un trou de phoque dans la glace. Les ours polaires dépendent de la glace de mer, qu’ils utilisent pour se déplacer entre les zones de chasse et leurs tanières.

La banquise est également utilisée pour se reposer, entre les activités de chasse et de natation. La mère ourse polaire fait sa tanière d’hiver dans une épaisse couche de neige ou de glace, et en ressort au printemps avec son petit, sans avoir mangé pendant 5 à 7 mois !

Au Svalbard et ailleurs dans l’Arctique, la population d’ours polaires est affamée car il y a moins de glace de mer pour chasser, ce qui signifie que la saison de chasse diminue. L’affaiblissement de la glace a entraîné l’effondrement des tanières, tuant les oursons et les mères. Les mères et les oursons meurent de faim car la saison de chasse diminue en raison de la réduction de la glace.

L’ours polaire mâle maigre que nous avons repéré depuis le bateau et qui attendait près du trou du phoque. Photo: Steiner

 

Dans la ville de Longyearben, au Spitzberg, on estime à plus de 3 000 le nombre d’ours polaires en mauvais état vivant à proximité d’une ville de 2 300 habitants. Ils viennent dans le village pour trouver de la nourriture partout où ils peuvent et sont dangereux.

Chaque fois que nous descendions à terre au cours de l’expédition, nos guides portaient des fusils et des fusées éclairantes, et l’équipe effectuait au préalable une reconnaissance de sécurité. Des lois strictes s’appliquent au contact avec un ours polaire – des fusées éclairantes et d’autres méthodes non létales sont utilisées pour effrayer les ours (avec un peu de chance).

 

Morses

Plus tard dans l’après-midi, nous sommes passés tranquillement devant un morse solitaire sur la banquise. La photo ci-dessous montre à quel point la glace est isolée sous lui.

Nous avons navigué tranquillement devant cet unique morse sur une banquise isolée. Photo: Stephie

 

Les morses dépendent de la glace de mer pour accéder plus facilement à la nourriture. Ils chassent sur les plates-formes continentales de glace proches du rivage, qui regorgent de faune et de flore marines. Ils utilisent la plate-forme de glace de mer pour se reposer entre deux plongées à la recherche des palourdes et des coquillages dont ils se nourrissent et qui se trouvent au fond de l’océan. À mesure que la glace de mer fond, elle s’éloigne de plus en plus de leur source de nourriture.⁴

Le lendemain (bien qu’avec un ensoleillement de 24 heures, il soit difficile de distinguer les jours), nous nous sommes dirigés vers l’ouest le long du front de glace rapide Wahlenbergfjord, à la recherche d’animaux sauvages. Nous avons repéré un grand groupe de morses sur une parcelle de terre surélevée de Prins Karls Forland. Ils étaient une cinquantaine, empilés les uns sur les autres, se toilettant, faisant la sieste, se grattant et émettant du vent. De temps en temps, l’un d’entre eux se déplace péniblement sur ses nageoires vers ou depuis l’eau, où il fait glisser son énorme corps sans effort.

Des règles strictes s’appliquaient à notre observation des morses (et de toute la faune). Silence absolu. Aucun bruit, y compris le cliquetis des appareils photo. Nous avons suivi Annie, la biologiste marine et le chef d’expédition, par petits groupes, en marchant lentement, un pas après l’autre. Au signal d’Annie, nous nous accroupissions pour ne pas déranger le groupe. L’odeur des morses était écrasante.

Groupe de morses avec les fjords de Prins Karls Forland en arrière-plan. Photo: Stephie

 

Nous avons subi des contrôles stricts et prolongés des risques biologiques avant et après nos visites dans chacun de ces lieux immaculés. Le personnel a notamment passé l’aspirateur sur les coutures intérieures de nos vêtements. Au début du voyage, nous avons reçu des vêtements d’extérieur et des bottes polaires tout neufs.

Des phoques se prélassent sur les rochers alors que nous naviguons à NY London Fjordente Julibukta. Photo: Steiner

 

Phoques dépendant de la glace

Les phoques dépendant de la glace, notamment le phoque annelé, le phoque ruban et le phoque barbu, sont particulièrement vulnérables aux réductions de la glace de mer car ils se reposent, mettent bas et allaitent leurs petits sur la glace. Le phoque annelé ne s’aventure que rarement, voire jamais, sur la terre ferme, ce qui signifie que le risque de décès des petits en raison d’une rupture prématurée de la glace, ainsi que leur vulnérabilité aux prédateurs, sont très élevés.

Exploration du glacier du 14 juillet. Photo: Steiner

 

Toundra et rennes affamés

On prévoit que la toundra de l’Extrême-Arctique atteindra, d’ici la fin du siècle, son étendue la plus faible depuis 21 000 ans, en raison des changements de végétation et de l’élévation du niveau de la mer. Cette toundra est la nourriture des rennes nordiques et le réchauffement climatique a entraîné des hausses de température qui ont provoqué des pluies sur la neige, entraînant la formation de glace sur la toundra. Les rennes ne peuvent pas accéder à leur nourriture et, en 2018, plus de 200 rennes sont morts au Svalbard à cause de cela. En 2014, plus de 60 000 rennes ont péri dans la Russie arctique pour la même raison.⁵

 

Nous avons eu la chance d’observer ce bébé renne avec sa mère au Svalbard. Photo: Stephie

 

Nous avons rencontré un certain nombre de rennes (beaux et aux yeux doux) dans la toundra du Svalbard. On nous a dit qu’ils ne devaient pas vivre plus de 8 ans parce qu’ils s’abîmaient les dents à force d’essayer de manger la toundra qui se rétrécissait, mais au lieu de cela, ils rongeaient la roche de faim.

Le chagrin climatique peut nous envahir lorsque nous sommes témoins de telles choses. Il était déchirant d’entendre les bébés rennes ronger sans cesse pour trouver de la nourriture. Mais en apprenant davantage sur la façon dont le réchauffement climatique nous affecte, nous pouvons être mieux équipés et déterminés à prendre les mesures énergiques nécessaires pour changer les choses.

 

Comment Ce Qui Se Passe dans l’Arctique Affecte-t-il les Forêts de la Planète ?

Le réchauffement de l’Arctique s’est traduit par une diminution de la glace et de la neige qui réfléchissent le soleil et par un océan de plus en plus sombre qui absorbe et augmente la chaleur. Les glaciers fondent et le niveau des mers augmente dans le monde entier. Certaines modélisations scientifiques prévoient la disparition complète de la glace d’été dans l’Arctique d’ici la fin du siècle, ce qui aurait des conséquences catastrophiques.

Le macareux attachant mais en voie de disparition, vu de notre zodiac dans le glacier du 14 juillet. Photo: Steiner

 

Déjà au cours des 30 dernières années, nous avons vu fondre des zones de glace de mer arctique, qui sont plus grandes que la Norvège, la Suède et le Danemark réunis. Certains experts estiment que les océans monteront de 7 mètres (23 pieds) d’ici la fin du siècle.⁶

Des forêts déjà plus épaisses et plus denses que l’on ne trouve généralement qu’au sud du cercle polaire arctique rampent vers le nord vers la toundra et le désert polaire à mesure que le climat change. On prévoit que la végétation vulnérable de la toundra et de l’Arctique risque de disparaître.⁷
Des chercheurs de l’université Rutgers ont découvert que les forêts côtières des États-Unis sont en train de mourir à cause des fortes pluies, des vagues d’eau salée et de l’élévation du niveau de la mer.⁸

Lorsque l’eau de mer inonde les forêts, l’eau douce qui nourrit ces forêts est déplacée, ce qui entraîne la mort des arbres. Ces « forêts fantômes » sse sont développées sur la côte est des États-Unis et ailleurs.

Nous avons assisté à des tempêtes, des cyclones et des inondations d’une intensité record, qui ont affecté des écosystèmes forestiers sensibles tels que les mangroves. À cela s’ajoute la multiplication des incendies de forêt et des feux de brousse qui ont décimé des millions d’hectares de forêts, de broussailles et de prairies indigènes dans le monde entier.

 

Nos Actions Font Déjà une Différence

Lors des récentes élections fédérales en Australie, neuf militants pour le climat (appelés les candidats sarcelles en raison de leurs couleurs de campagne) ont remporté l’équilibre des pouvoirs au Parlement et sont maintenant en mesure de commencer à prendre les décisions politiques nécessaires pour agir sur le climat. En fait, nous avons entendu cette nouvelle pendant notre expédition, par téléphone satellite, et les scientifiques de l’expédition et nous-mêmes avons crié et sauté de joie !

Nous pouvons entreprendre une action politique, une action locale ou une action personnelle. Nous pouvons planter un arbre pour la Global Tree Initiative et savoir que nous faisons partie d’une communauté grandissante qui fait la différence. Nous pouvons encourager nos amis, notre famille ou ceux que nous admirons à travailler pour la planète. Nous pouvons favoriser le changement, où que nous soyons. C’est pourquoi j’ai voulu voir ce qui se passait dans le Haut-Arctique et utiliser la beauté de la flore et de la faune, du paysage et des premiers habitants pour m’inspirer et me pousser à continuer à travailler sur le changement climatique, la question la plus importante de notre époque.

__________

⁴Évaluation de l’impact du climat sur l’Arctique – Impacts du réchauffement de l’Arctique.
⁵Glace de mer des rennes nordiques, pluie sur la neige et nomadisme des rennes de la toundra en Russie arctique. Bruce C. Forbes, Timo Kumpula, Nina Meschtyb, Roza Laptander, Marc Macias-Fauria, Pentti Zetterberg, Mariana Verdonen, Anna Skarin, Kwang-Yul Kim, Linette N. Boisvert, Julienne C. Stroeve et Annett Bartsch
Publié le 01 novembre 2016
⁶GreenFacts.org
⁷AÉvaluation de l’impact du climat arctique – Impacts du réchauffement de l’Arctique
⁸Impacts du changement climatique sur les forêts côtières du nord-est des États-Unis. Rachael Sacatelli, Richard G. Lathrop, Marjorie Kaplan

 

 

 

 

Please share this. Thank you!

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Other blog posts

Food for Thought, June 2024

As with all the other nutrients, it is important to eat enough protein. Over recent decades, however, a narrative proclaiming animal-based products as the only reliable source of protein took root.

Community Blog, May 2024

In this month’s Community Blog, Jussa tells us about his recent trip to Nairobi, Kenya, where he met other young and active environmentalists from several African countries.

Ask me almost anything, May 2024

As tree planters, we take for granted the collection of rainwater to irrigate our plants.  Whether we live in an urban or rural setting, rainwater harvesting is a relatively cheap and effective way to sustain the water needs of ourselves, our plants and our animals.

Traveling with Trees, May 2024

Today I am sharing about a special tree, the Weeping Bottlebrush. This particular tree lives in Sebastian, Florida in the United States. It is a haven for all kinds of creatures such as birds, squirrels, lizards, lichen, and bugs too!

Food for Thought, May 2024

Food defines us – what we eat, how we eat it, how many times a day we do so! Our diets and the way they evolved have deep historical, cultural, and even religious roots, making this a sensitive topic for many and a complicated target for change.

As within so without

We are well aware of the massive positive impact that planting trees has both on our environment and our physical well-being. So, I’d like to talk about less commonly explored side effects – the impact of planting trees on our mind, our mental health, and even on our perception of reality. 

Food For Thought, April 2024

According to a WWF report, Bending the Curve, our diets are the leading cause of death all over the world. Unbalanced diets and lifestyles are responsible for the rising numbers of obesity, diabetes, and heart diseases.

Community Blog, March 2024

For this year’s theme, International Day of Zero Waste highlights the importance of supporting waste management worldwide and promoting sustainable consumption and production patterns.

Ask me almost anything, March 2024

Wetlands are saturated with water, either permanently or seasonally. This saturation creates an environment with unique soil conditions and functions, which shape the adaptations of the plants that call wetlands “home”.

Traveling with Trees, March 2024

Jennifer is now back on a bi-monthly basis to tell us about her experience in Nature and with trees. Join us in welcoming and thanking Jennifer and her new column Traveling with Trees.

Subscribe To Our Newsletter

Join our newsletter. Stay tuned to all our news. There is more to come.

You have Successfully Subscribed!