A whisper from the woods

Blog de la ommunauté : Une expédition dans le Haut Cercle Arctique, première partie

May 7, 2023

Stephanie Brennan

Un article incroyable et inspirant, écrit par Stephanie Brennan, notre membre dévoué de la communauté, et coordinatrice régionale de Global Tree Initiative Australia, aujourd’hui à la retraite.

L’article de Stephanie sera couvert par deux blogs de la communauté. Dans la première partie, nous découvrirons des statistiques intéressantes et certains des animaux qu’elle a rencontrés.

Dans la deuxième partie, qui sera publiée en mai, nous découvrirons les effets sur la population d’ours polaires, de morses, de phoques et de rennes, et nous apprendrons que « ce qui se passe dans l’Arctique affecte les forêts de la planète ».

Profitez de cet article et des magnifiques photos qui l’accompagnent !

 

MON EXPÉDITION DANS LE GRAND CERCLE ARCTIQUE – AU-DELÀ DE 80 DEGRÉS NORD

Cap à 80 degrés nord dans un brise-glace

En juin 2022, j’ai eu l’opportunité de participer à une expédition dans l’Haut-Arctique, explorant le nord polaire sur un brise-glace commercial. Une équipe d’une vingtaine de scientifiques – glaciologues, ornithologues, biologistes marins, etc. – guidait les 70 passagers et présentait des données sur ce que nous voyions au moyen d’exposés, de photos et de recherches. À la fois exaltante et déchirante, cette expérience est vraiment rare et précieuse.

L’intérêt principal était de savoir :
– Comment le changement climatique affecte-t-il l’Arctique ?
– Comment le réchauffement de l’Arctique affectera-t-il le reste de la planète ?

Ce qui m’intéressait personnellement, c’était de savoir comment je pouvais utiliser la beauté de ce lieu pour dépasser le chagrin climatique. La température moyenne de l’Arctique a déjà augmenté à un rythme presque trois fois supérieur à la moyenne mondiale, se réchauffant plus rapidement que n’importe quelle autre région du monde !

Cela a entraîné une fonte rapide de la glace de mer polaire, provoquant la chute de gros morceaux d’anciens glaciers dans la mer (« vêlage »). Lors de notre expédition, nous avons pu observer directement les effets du réchauffement climatique sur la végétation, les oiseaux marins et les populations animales, ainsi que sur la neige et la glace de l’Haut-Arctique.

Nous avons vu des glaciers « vêlants » au Svalbard. Photo: Kronebreen

 

 

Ce graphique montre la taille de la glace de mer arctique chaque mois de septembre entre 1984 et 2016.

 

Notre itinéraire

Depuis Aberdeen, nous avons navigué à travers les îles Shetland et Féroé de l’océan Atlantique Nord, passé l’Islande jusqu’à l’île volcanique de Jan Mayen dans la mer du Groenland, puis les glaciers du Svalbard dans l’île la plus septentrionale du Spitzberg. Enfin, nous avons dépassé les 80 degrés de latitude à bord de notre brise-glace, ce qui est rarement fait, et nous avons connu des températures glaciales, des tempêtes et le mal de mer.

 

Jan Mayen et les sites de reproduction des oiseaux de mer

Jan Mayen est une île volcanique norvégienne, située à 600 km au nord-est de l’Islande, partiellement recouverte de glaciers. D’anciennes coulées de lave sont descendues jusqu’au rivage, formant des falaises noires où se reproduisent d’immenses colonies d’oiseaux marins.

Le brouillard s’est installé pendant que nous explorions les aires de reproduction des oiseaux de mer sur Jan Mayen. Photo: Souness

 

L’île a été identifiée comme zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) par Bird Life International en raison de ces sites de reproduction, où fulmars boréaux, petits pingouins, guillemots de Brünnich et guillemots de Troïl nichent sur les falaises abruptes.

L’île est classée réserve naturelle et nous avons obtenu une autorisation spéciale pour atterrir à la station historique norvégienne d’observation météorologique, où les gardes forestiers nous ont accueillis et ont supervisé notre randonnée sur la colline volcanique surplombant la plage de Kvalrossbukta.

Plus tard, nous avons exploré les colonies d’oiseaux dans nos zodiacs, en progressant lentement et tranquillement le long de la côte, en écoutant les milliers d’oiseaux au-dessus de nous, qui crient et croassent bruyamment depuis les falaises.

Jan Mayen est le sanctuaire de reproduction et de nidification de nombreux oiseaux marins. Photo:Steiner

 

La réduction de la banquise signifie que les oiseaux de mer sont plus vulnérables aux prédateurs tels que le renard arctique, qui peut accéder plus facilement aux nids et aux œufs. De notre zodiac, nous pouvions voir les renards se profiler, chassant haut sur les falaises.

Les pertes de glace de mer modifient l’environnement et la géographie de la région de l’Haut-Arctique et de ses écosystèmes.¹ Par exemple, la mouette blanche vole vers la banquise voisine pour pêcher à travers les fissures et récupérer sur la glace. La lisière de la banquise qui s’éloigne des sites de nidification côtiers appropriés aura un effet désastreux sur sa population.

 

Nous avons vu ce renard arctique chasser des oiseaux et leurs œufs. Photo: Joris

 

La vue sur le volcan de l’île Jan Mayen. Photo: DavidHynd

 

 

La fonte des glaciers du Svalbard

En traversant l’île de Spitzberg, nous sommes entrés dans le monde du soleil de minuit et de la lumière du jour 24h/24. Notre destination était les fjords de Hornsund, dans la partie sud-ouest du Spitzberg, qui abritent certains des glaciers les plus spectaculaires du monde. Nous avons poussé les zodiacs plus loin dans le son près de Burgenbukta, où nous avons repéré les empreintes de pas d’une mère ours polaire et d’un ourson juste au-dessus du rivage enneigé.

Le professeur Mike Hambrey, l’un des glaciologues les plus éminents au monde, était sur le petit canot avec nous et nous a montré où les glaciers avaient fondu au cours des dernières années dans l’extérieur de Hornsund. Près du fond de la baie, le recul du glacier s’est élevé à plusieurs kilomètres au cours des 50 dernières années. Cette zone était autrefois remplie de glaciers, mais maintenant ils reculent si rapidement qu’il est probable qu’une voie maritime se formera d’ici quelques années entre la partie principale du Spitzberg et Sørkapp Land.

 

Changement glaciaire, 1936 à 2010
Perte de glacier – 500 pieds (en rouge)
Glacier Gain +500 pieds (en bleu)

Le littoral du Svalbard reflète l’étendue historique des glaciers. Source: Geyman et al., Nature. Par Nadja Popovitch/The New York Times

 

Les îles Svalbard se réchauffent sept fois plus vite que la moyenne mondiale. ² Il est réconfortant de savoir que les glaciers et les affleurements du Svalbard se trouvent dans des parcs nationaux de l’Arctique qui visent à « préserver un environnement pratiquement intact à Svalbard en ce qui concerne les zones continues de nature sauvage, de paysage, de flore, de faune et de patrimoine culturel ».³

 

Ce renard arctique que nous avons vu changeait encore son pelage du blanc d’hiver au brun d’été. Photo: Steiner

 

Stations baleinières historiques à Svalbard. Cette zone est maintenant un parc national. Photo: Steiner

 

Merci de nous avoir fait voyager dans ce merveilleux voyage, Stéphanie ! Nous apprécions d’apprendre de vous et nous attendons avec impatience la deuxième partie de votre article !

__________

¹ Climate change impacts on wildlife in High Arctic Archipelago – Svalbard, Norway. Sebastican Descamps, Joan Aars, Eva Fugei, Kit Kovacs, Christian Lyderson, Olga Pavloava, Ashid Ø, Virve Ravolainen, Hallvard Strøm.
² Temperatures in Svalbard Polar Research. Norwegian Polar Research Institute.
³ Svalbard Environment Protection Act, 2001.

 

Please share this. Thank you!

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Other blog posts

Food for Thought, June 2024

As with all the other nutrients, it is important to eat enough protein. Over recent decades, however, a narrative proclaiming animal-based products as the only reliable source of protein took root.

Community Blog, May 2024

In this month’s Community Blog, Jussa tells us about his recent trip to Nairobi, Kenya, where he met other young and active environmentalists from several African countries.

Ask me almost anything, May 2024

As tree planters, we take for granted the collection of rainwater to irrigate our plants.  Whether we live in an urban or rural setting, rainwater harvesting is a relatively cheap and effective way to sustain the water needs of ourselves, our plants and our animals.

Traveling with Trees, May 2024

Today I am sharing about a special tree, the Weeping Bottlebrush. This particular tree lives in Sebastian, Florida in the United States. It is a haven for all kinds of creatures such as birds, squirrels, lizards, lichen, and bugs too!

Food for Thought, May 2024

Food defines us – what we eat, how we eat it, how many times a day we do so! Our diets and the way they evolved have deep historical, cultural, and even religious roots, making this a sensitive topic for many and a complicated target for change.

As within so without

We are well aware of the massive positive impact that planting trees has both on our environment and our physical well-being. So, I’d like to talk about less commonly explored side effects – the impact of planting trees on our mind, our mental health, and even on our perception of reality. 

Food For Thought, April 2024

According to a WWF report, Bending the Curve, our diets are the leading cause of death all over the world. Unbalanced diets and lifestyles are responsible for the rising numbers of obesity, diabetes, and heart diseases.

Community Blog, March 2024

For this year’s theme, International Day of Zero Waste highlights the importance of supporting waste management worldwide and promoting sustainable consumption and production patterns.

Ask me almost anything, March 2024

Wetlands are saturated with water, either permanently or seasonally. This saturation creates an environment with unique soil conditions and functions, which shape the adaptations of the plants that call wetlands “home”.

Traveling with Trees, March 2024

Jennifer is now back on a bi-monthly basis to tell us about her experience in Nature and with trees. Join us in welcoming and thanking Jennifer and her new column Traveling with Trees.

Subscribe To Our Newsletter

Join our newsletter. Stay tuned to all our news. There is more to come.

You have Successfully Subscribed!